Espace pratiquants

Retrouvez ici tout ce qui intéresse le pratiquant, documents, Directives techniques, cursus…

ESPACE DOCUMENTAIRE

RAPPEL: Vérifiez toujours qu’il s’agit de la dernière version du règlement, document ou de la directive!

Nous essayons de tenir à jour cette page mais la réglementation et la pratique peuvent évoluer rapidement.

SI VOUS CONSTATEZ QU’UN DOCUMENT N’EST PLUS A JOUR MERCI DE NOUS EN AVERTIR!!!

  • DT 48: Taille des voiles principale
  • DT 49: Méthode d’enseignement, brevets…(MAJ 25/03/2022, applicable au 01/04/2022)
  • DT 51: Règles sur les casques pour élèves
  • DT 53: Réglementation sur le pliage des parachutes individuels et Tandem
  • DT 54: Les trois étapes de vérification  d’une voilure principale
  • DT 40: Pratique de la vidéo en chute
  • Note d’information 22.0263: Classification des combinaisons Wingsuit et Tracksuit (07/04/2022)
  • Formations et certifications

VENDRE OU ACHETER SON MATÉRIEL PARA

Le CEPS de l’Ariège est une association qui est là pour promouvoir le sport et en aucun cas pour avoir une activité de commerce, voila donc quelques liens qui vous permettrons de vous aider dans vos démarches.

Cette liste n’est pas exhaustive et nous vous rappelons que les moniteurs, plieurs du centre seront de très bons conseils.

DEVENIR INITIATEUR

L’initiateur est le bénévole qui va former et faire passer les brevets de spécialités (B1, B2, B3, B4, B5, WS,…) du brevet B. C’est généralement le premier pas vers la pédagogie et le rôle de moniteur. Pour prétendre à cette formation il doit:

  • Etre âgé de 18 ans, être titulaire de la licence fédérale, du brevet de la discipline concernée, ainsi que du brevet C.
  • En fonction de la discipline, un nombre de sauts minimum est exigé pour l’entrée en formation.
  • Posséder un bon niveau technique dans la spécialité choisie et réussir le test d’entrée en formation organisé en début de stage ou lors des sessions de test technique.
  • Pour les qualifications d’initiateurs vol relatif, voile contact, freefly, wing suit et voilures hybrides : être capable de filmer des sauts en vidéo et de prendre part à des sauts de groupes.

Pour les tests d’entrée trouvez ici le fascicule de la fédé.

Schéma du test d’entrée initiateur B2

BREVET OPERATEUR PHOTO/VIDEO TANDEM

L’opérateur photo/vidéo tandem en parachutisme filme tous les publics autorisés à effectuer un saut en parachute tandem par la réglementation du code du sport et de la FFP.

Règlement du brevet sur le site de la fédération

Prérequis exigés à l’entrée dans le processus de formation du Brevet:

  • Avoir 18 ans au jour de l’inscription
  • Être titulaire d’une licence FFP « annuelle pratiquant » en cours de validité.
  • Avoir 200 sauts dont 50 dans les 12 derniers mois, être titulaire d’un brevet autorisant les sauts de groupe en chute libre, avoir 50 sauts avec une caméra vidéo. Cette exigence est validée par la présentation d’une copie du carnet de saut attesté et validé par un directeur technique d’une école ou d’une attestation de conformité du carnet de saut reprenant l’ensemble des 50 sauts avec date et lieu, établie par un directeur technique où apparaissent son cachet, sa signature ainsi que les coordonnées de l’école.

Au regard des activités identifiées pour le titulaire du brevet d’opérateur photo/vidéo tandem en parachutisme, des compétences sont associées et regroupées par bloc à valider :

Bloc de compétences 1 (BC1) : Préparer son intervention dans le cadre de son activité d’opérateur photo/vidéo tandem en parachutisme

Bloc de compétences 2 (BC2) : Réaliser un film et/ou de prises de vue photo en tandem dans les différentes étapes d’un saut tandem (en chute libre, à l’atterrissage…)

Bloc de compétences 3 (BC3) : Gérer un montage vidéo et la relation avec l’adhérent tandem en lien avec son activité

DEVENIR MONITEUR FÉDÉRAL

Le moniteur fédéral (MF) est un des éléments bénévole clé du fonctionnement de la vie associative. Comme les autres bénévoles il donne de son temps pour partager sa passion mais surtout il est là en plus pour enseigner, diriger des séances de sauts et accompagner le pratiquant du premier saut jusqu’au brevet D.

Une fois moniteur fédéral deux trajectoires peuvent se dessiner devant vous, soit une vie de moniteur bénévole qui dispense son instruction et transmet son savoir gratuitement pendant ses repos, soit dans un premier temps du bénévolat en vue de présenter plus tard un BPJEPS avec toute l’expérience acquise.

La formation  MF initiale comprend un tronc commun avec le cours premier saut, la direction de séance et le suivi de progression. Auquel s’ajoute au minimum une des deux options.

Avec 2 ans de MF vidéo l’option PAC deviendra alors accessible.

Le rôle du moniteur fédéral

  • Former des élèves pour le premier saut
  • Conduire leur progression
  • Être adjoint au directeur technique d’une école et diriger une séance de sauts.

Conditions d'accès

A la date du test technique:

  • Être âgé de 18 ans
  • Être titulaire de la licence de l’année en cours et du brevet C
  • Totaliser au minimum 300 sauts dont 80 dans les 12 derniers mois
  • Avoir au minimum 3 années continues de pratique
  • Réussir les tests techniques d’entrée en formation du MF

Les différentes options

  • Option “largage d’élèves en ouverture automatique”
  • Option “suivi d’élèves en vidéo chute”. Suivi en chute à partir du brevet A.

Le candidat peut choisir indifféremment une seule option ou les deux

Fin du cycle de formation: comprendre fin de validité des tests d’entrée. Généralement la validation s’obtient, selon l’investissement du candidat, au bout de 1 à 2 ans.

Les tests techniques d'entrée en formation

Les sessions de tests techniques sont organisées en région à l’initiative de la fédération ou d’une ligue. si vous êtes intéressé venez vous faire connaître auprès du président, du directeur technique, des moniteurs et du FCT du club. 

Les trois épreuves se déroulent sur un ou deux jours en fonction de la météo et du nombre de candidats. Il existe des allègements pour les détenteurs de certaines qualifications, nous demander ou regarder sur le fascicule.

1) Épreuves de pilotage et de navigation sous voile

Deux sauts de pilotage et de navigation sous voile où le candidat doit : 

  • Démontrer des compétences techniques en pilotage et navigation sous voile (contrôle et maîtrise du pilotage, de la navigation, de l’intégration dans le circuit, du posé, de la précision de l’atterrissage).
  • Commenter la réalisation de son saut, exposer ses choix et montrer ses connaissances dans le domaine de la conduite sous voile
Dimension et forme de la zone d’atterrissage : un rectangle de 60 x 20 mètres matérialisé par des plots ou/et des bandes de couleur. La zone est orientée pour l’ensemble des épreuves dans le sens des vents dominants.
 
  • Saut n°1 : pilotage, navigation, intégration dans le trafic, circuit d’atterrissage (incluant 1 branche vent arrière, 1 étape de base, 1 finale) et technique d’atterrissage dans la zone matérialisée sont laissés à l’appréciation du candidat. 
  • Saut n°2 : intégration dans le trafic et circuit d’atterrissage (incluant 1 branche vent arrière, 1 étape de base, 1 finale) à l’appréciation du candidat mais avec modération de la vitesse (évolution à 50 % de frein).
  1. branche vent arrière, vent de travers et finale avec modération de vitesse ;
  2. reprise de vitesse (position bras hauts) à une hauteur appropriée ;
  3. arrondi et atterrissage avec tenue de trajectoire dans la zone matérialisée.

Fautes éliminatoires : posé en dehors de la zone matérialisée. Toutes fautes mettant le candidat ou un tiers en danger (ouverture basse, évolution dangereuse, approche incontrôlée, posé brutal, etc.). Le candidat doit valider ces épreuves en deux sauts 

2) Épreuves en chute

Saut n° 1 : enchaînement en un temps maximal de 18 secondes (pénalités incluses) des six figures suivantes, effectuées dans l’ordre choisi par le candidat et annoncées avant l’épreuve : tour droit, tour gauche, looping avant, looping arrière, tonneau droit, tonneau gauche.

L’axe de référence est choisi en chute par le candidat et reste le même pendant tout l’enchaînement ;pas de prise d’axe sur le vidéomanͿ.

Saut n° 2 : exercice de vol relatif réalisé avec un testeur. 

Après une sortie non accrochée et un appontage de face, le candidat doit contourner le testeur dans un sens, puis dans l’autre, en effectuant consécutivement des prises aux jambes et aux bras (le candidat choisit le sens de départ pour le premier contournement). 

  • Les deux contournements doivent être réalisés dans un temps maximal de 16 secondes. 
  • Le chronomètre est déclenché au lâché de la prise de bras et s’arrête au dernier appontage de face.
  • Le testeur sort en position « flotteur » et conserve l’axe et le taux de chute pendant la durée du saut.

Fautes éliminatoires : prise mal ou non effectuée. Toutes fautes ou comportements, en chute ou sous voile, mettant le candidat, le testeur ou un tiers en danger (approche incontrôlée, appontage violent, ouverture basse, posé dangereux, etc.). 

Le candidat doit valider les deux sauts d’épreuves en chute sur trois sauts maximum.

Les initiateurs VR et FreeFly sont être dispensés de ce saut.

3) Saut spécifique à l’option “suivi vidéo”

Ce saut ne conditionne pas la mise en formation. Il peut être effectué et validé lors de la session de tests techniques d’entrée en formation ou ultérieurement, par un FCT de MF, en collaboration avec un cadre technique de la fédération.

  • Un testeur évolue en chute et effectue des figures tel que peut le faire un élève. Le candidat doit obtenir des images exploitables en vue d’un débriefing tout en respectant les règles de sécurité.
  • Nature du saut (4000 m) : sortie libre ; le testeur attend 10 secondes avant de débuter un enchainement de 4 figures suivi d’une figure sur le dos puis d’une flèche durant quelques secondes.
  • Fin de travail et séparation à 1500 mètres.

Fautes éliminatoires : Images inexploitables. Mauvais positionnement. Non-respect des règles de sécurité concernant le suivi vidéo d’un élève. Toutes fautes, en chute ou sous voile, mettant le candidat, le testeur ou un tiers en danger (sortie ou approche incontrôlée, ouverture basse, posé dangereux, etc.).

Attention : aucun suivi d’élèves ne peut être effectué en UF 3* préalablement à la réussite de ce saut test.

PASSER UN CQP

La détention d’un Certificat de Qualification Professionnelle vous permet d’être inscrit au registre des métiers (RNCP). Ce CQP vous autorise a être rémunéré pour vos interventions, a créer votre entreprise avec un numéro de SIRET et donc a facturer vos prestations qui seront bien sûr déclaré aux impots.

Il est conçu pour valider les acquis professionnels d’un métier. Plus d’info sur le site de la fédération.

PASSER LE BPJEPS

Le BPJEPS spécialité éducateur sportif mention parachutisme est un diplôme professionnel qui confère à son titulaire l’aptitude et la qualification nécessaire à l’enseignement, l’animation, l’encadrement du parachutisme et l’entraînement de ses pratiquants dans l’une ou plusieurs des options d’enseignement suivantes :

  • la progression traditionnelle (TRAD)
  • la progression accompagnée en chute (PAC)
  • le saut en Tandem (TDM)

Le cursus de formation respecte le principe de l’alternance sous tutorat pédagogique. La formation se déroule dans plusieurs lieux  distincts : l’organisme de formation (596 heures maximum) et la structure d’accueil du stagiaire (245 heures maximum). Les exigences préalables à l’entrée en formation demandent une pratique régulière du parachutisme ainsi qu’un bon niveau de connaissances techniques (voir Pré-requis, Tests Techniques et Tests de sélection sur https://www.creps-paca.fr/formation.offre#parachutisme )

Vous trouverez ici le détail des tests d’entrée en formation pour 2022.

Toutes les informations sur le site de la FFP, cliquez ci-dessous: